Questions fréquentes

osteopathe-la-defense-questions-frequentes_1

  • Qu’est ce qu’un ostéopathe « DO » ?

 Les initiales « D.O. » signifie « diplômé en ostéopathie ». Le diplôme d’ostéopathie est délivré suite à une formation complète de 5 ans minimum, l’obtention d’un clinicat et la soutenance d’un mémoire. Ces initiales sont donc garantes d’un haut niveau de compétence et assure une sécurité au patient.

 

  • Pourquoi faut-il connaître l’école d’ostéopathie de votre thérapeute ?

Depuis la LOI n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, l’ostéopathie est légalisée.

Il y a eu donc un avant 2002 et un après 2002 concernant le nombre d’écoles d’ostéopathie.

En effet, jusqu’à cette date, les personnes sortant de ces formations pouvaient être attaqués pour exercice illégal de la médecine. Il existait alors une vingtaine d’écoles d’ostéopathie en France avec un niveau de formation suffisant (à quelques exceptions…) et qui couvrait déjà largement le renouvellement du nombre des  ostéopathes partant en retraite.

Ces écoles d’ostéopathiese regroupaient souvent en groupe (ex: groupe ISO, groupe ACE etc…) afin d’homogénéiser leur programme et garantir un niveau de sortie professionnel performant.

Malheureusement, depuis mars 2002, un nombre exponentiel d’écoles d’ostéopathie  se sont crées. Ces écoles n’ont souvent pas la structure nécessaire, les cliniques nécessaires et surtout le niveau des enseignants pour permettre à leurs élèves de travailler en sécurité avec leur patient.

Les syndicats professionnels considèrent que sur la presque cinquantaine d’écoles existantes en 2009 en France (malgré le fait qu’elles soient toutes agréées par l’état…), seulement une vingtaine ont un niveau de formation suffisant. Certaines écoles forment au minimum légal en 3 ans ! Alors que la profession estime que 5 ans est le seuil minimum …

Pour vous y retrouver, il vous « suffit » de demander des précisions sur l’ancienneté de l’école (avant mars 2002 minimum …), sur le format des études qui doit être en 6 ans ou 5 ans, le nombre d’heures de formation (Non professionnels de santé > ou = à 5000 heures, professionnels de santé > ou = à 2000 heures).

Sophie LARNICOL a étudié à l’IdHEO Nantes qui est un établissement d’enseignement supérieur privé: www.idheo.com 

 

  • Quelle est la différence entre un ostéopathe et un masseur-kinésithérapeute ?

 Ce sont 2 métiers différents, mais qui se complètent. La kinésithérapie s’occupe de la rééducation après un traumatisme, des massages en cas de douleurs… (Liste non exhaustive). L’ostéopathie tente de trouver la cause d’un symptôme pour soulager la douleur.

 

  • A partir de quel âge puis je amener mon bébé chez l’ostéopathe ?

Dès la naissance. Il est intéressant d’emmener son bébé rapidement après l’accouchement pour vérifier les asymétries crâniennes et posturales. En aucun cas ceci est indispensable.

 

  • Combien de séances d’ostéopathie faut-il ?

Votre ostéopathe doit vous indiquer combien de séances seront nécessaire, cela s’établit celui-ci  généralement en fonction du type de motif et par rapport à l’ancienneté du trouble à traiter (un trouble ancien peut nécessiter plusieurs séances pour être entièrement soulagé). Une seule séance peut suffire!

 

  • Mon ostéopathe va-t-il me faire craquer les vertèbres ?

Pas forcément! Contrairement à l’idée reçue, le craquement articulaire ne « remet pas en place «  l’articulation, mais permet de lui redonner de la mobilité.  Le craquement n’est en aucun cas un signe de réussite ni de dangerosité de la manipulation. Le «craking» n’est pas indiqué chez tous les patients et c’est l’ostéopathe qui juge nécessaire ou non d’utiliser cette technique.Ceci n’est donc pas systématique.

Le bruit ne vient pas d’un frottement os contre os de l’articulation mais seulement de la libération d’une hyperpression intra-articulaire. Le brusque changement de pression dans l’articulation provoque une libération des bulles de gaz agglomérées dans le liquide synovial, créant ce « crac articulaire ».

La manœuvre correctrice est réussie si l’articulation retrouve sa mobilité articulaire et non pas en fonction de l’importance du « Clac ».

 

  • Faut-il passer d’abord par la case médecin ?

Un médecin peut poser le diagnostic et orienter ensuite vers un ostéopathe. Mais on peut aussi consulter ce dernier directement.

Un praticien bien formé est capable de déceler les contre-indications (fracture, hernie discale, maladie inflammatoire…). Les séances ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale mais par un certain nombre de mutuelles.

 

  • Existe-il des spécialités en ostéopathie ? ostéopathe crânien, ostéopathe pour les bébés….

L’ostéopathe est capable, grâce à sa formation, de traiter dans tous les champs.

Néanmoins, il existe des ostéopathes qui traitent beaucoup plus certains types de pathologies fonctionnelles ou certains types de patients, et qui se sont formés dans des domaines assez spécialisés (nourrissons – maternité, sport, personnes âgées…).

Méfiance si un ostéopathe se dit spécialisé dans une partie de l’ostéopathie..renseignez-vous sur ses formations.

 

  • J’ai vu 2 ostéopathes différents, et il m’a semblé que leurs techniques n’étaient pas les mêmes !

C’est normal. On dit qu’il y a autant d’ostéopathies que d’ostéopathes. Chacun a sa propre sensibilité, ses techniques, et sa façon de voir les choses. Le résultat doit cependant être primordial. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec un ou une praticien(ne), vous pouvez en parler avec lui (elle) ou bien changer de thérapeuthe. La confiance en votre praticien est primordiale pour la réussite de votre traitement.

 

  • L’ostéopathie peut-elle tout traiter ?

Non. L’ostéopathie est un élément au sein d’un groupe de thérapies. En aucun cas, elle ne remplacera le dentiste, le chirurgien, le médecin ou le psychologue. L’idéal est de proposer une prise en charge pluridisciplinaire selon votre cas. L’ostéopathe compétent se doit de connaître ses limites et doit orienter son patient vers un médecin, un psychologue, un podologue….